27 novembre 2008


le plus dur en poésie contemporaine, c'est de se relire sans s’assoupir.

1 commentaire:

  1. Jolis aphorismes que voilà...
    J'aime le ton, j'aime le fond.
    Amitiés
    Manu

    RépondreSupprimer

pan ! pan !