25 août 2009


en voyage, brève halte dans un cybercafé pour vérifier que le monde s'est bien arrêté de tourner durant mon absence. je repars tout à fait rassuré : effectivement, aucun message dans ma boîte mail, aucun commentaire sur mon blog, aucune ligne à mon sujet dans le landerneau numérique et littéraire ; les gens retiennent patiemment leur respiration.

3 commentaires:

  1. bonjour antoine,
    j'ai aimé le text- un peu de surréalisme.

    oui l'haleine est le mots cela c'est pourquoi tout le monde veut être entendu...

    RépondreSupprimer

pan ! pan !