28 avril 2008

Chinoiser


v. intr. (1896 "parler argot" ; de chinois (langue sournoise)).


1. pol. pinailler sur des détails extravagants et inutiles, pratiquer l'art de la complication dans le goût chinois. "la france participera à pékin 2008 parce que les jeux olympiques, c'est un espace de liberté. il faut continuer de pacifier nos relations commerciales et arrêter de chinoiser avec les droits de l'homme." (nicolas sarkozy, france soir, 27 avril 2008).

2. pol. et cuisine. filtrer les sauces en les passant au travers d’une passoire de forme chinoise. "je tiens à dire que l'entretien que j'ai accordé au journal le monde a été chinoisé. je n'ai pas précisément employé l'expression de 'condition sine qua non' lorsque j'ai évoqué la présence de nicolas sarkozy à la cérémonie d'ouverture des j.o. sous réserve de la fin des massacres au tibet." (rama yade, l'express, 29 avril 2008).

3. anat. se dit en parlant d'une personne dont les yeux et les oreilles sont relevés et réunis tous ensemble par derrière, un peu à la manière chinoise. "l’île de zipangu, qui est située dans la haute mer, est éloignée du rivage de mangi de quinze cents milles ; il y a dans cette île de l’or, des perles et des démons en grande abondance ; quant aux habitants, ils sont blancs et bien faits ; ils sont idolâtres et, grâce à leur face tout entière qui chinoise, ils sont capables d'admirer le soleil." (marco polo, le devisement du monde).

3 commentaires:

  1. Un milliard de Chinois,
    émoi émoi émoi.
    Hum.
    Ah les belles passoires.

    RépondreSupprimer
  2. bon, du coup j'ai complété pour vous faire plaisir ; )

    RépondreSupprimer
  3. Chinoisant pour chinoiser.
    Pas fâchée.
    Récompensée.
    Merci - et Rama Yade chinoisée, métissée, quelle palette, mazette.

    RépondreSupprimer

pan ! pan !