21 avril 2008

Poudrer


v. (1210, "poudroyer" ; xivème, "pulvériser" ; de poudre).


1. (v. tr.) hygièn. couvrir (ses cheveux, sa peau) d'une légère couche de poudre. poudré à blanc, poudré à frimas, extrêmement poudré. / "pour empescher la putrefaction desdits corps, ils les pouldrent de nitre a l'interieur puant du bec." (bernard palissy, architecture et ordonnance des corps des catholiques, 1562). ne se dit plus guère, aujourd'hui, qu'en parlant des narines ou de la cervelle. "c'est à paris, dans les toilettes des boîtes de nuit, que j'ai attrapé, à force de me poudrer les naseaux, cet effroyable pot d'échappement qui me volète et me vrombit au milieu du visage." (frédéric beigbeder, au secours pardon).

2. (v. intr.) canada. être chassés par le vent (qui souffle généralement en tornade), en parlant des paquets de neige qui choient là-bas et vous maganent et vous éfouérent et vous dékrissent à force de vous faire vivre sous terre. "ostie de marde ! on va encore avoir une frette tempête peut-être dans la yeule ! ça va neiger, ça va venter, ça va poudrer comme une fin de millénaire, ça serait bien le temps d'aller me pendre !" (bernard saulnier, ma cabane à montréal).

3 commentaires:

  1. Cette gunpowder, j'en veux encore!
    elle nous éclate de rire, distend les tendons de la langue, les déraisonne, et clac les resonne - ça vibre bing bang ssshraak
    merci et encore donc!

    RépondreSupprimer
  2. Me régalant ici depuis peu, j'aurais écrit volontiers que j'y trouvais mille cordes à votre arc, mais manière de saluer ce goût des pétoires, j'arme autrement la métaphore : z'êtes une fameuse gâchette.

    RépondreSupprimer

pan ! pan !