13 avril 2009

Mort de Pierre Peuchmaurd


plate_18_4_23



Elle viendra par le poumon gauche


Elle viendra par le poumon gauche
D’abord ce sera plus chaud
et ça irradiera,
je dirai que ça ira.
Ce sera comme la neige –
je déteste la neige –
comme une gorgée de café
quand le cœur n’en veut pas.
Et puis je refuserai.
De quelle taille le refus ?
Plus qu’une rose, moins qu’une rose ?
C’est comme ça qu’on compte
quand il y a cette écume,
tout ce joli sang rose
qui vous remonte aux lèvres.
On compte en oiseaux,
en cerceaux sur le pré,
en ruisseaux dans l’été
et en éternités.
On compte sur les doigts des femmes
et les cheveux des bêtes
qui ne tombent jamais dans le lavabo,
on compte sur le beau temps
qui vous ouvre la gorge.
Elles, comme on va mourir,
elles nous ouvrent leurs robes –
on y compte.
Et comme on va partir,
elles nous laissent leur adresse
et le soir les emporte
et on va dans les bois
où il y a l’hôpital.


Pierre Peuchmaurd


+ + +


On apprend aujourd'hui la mort du poète Pierre Peuchmaurd, le 12 avril 2009. Merci à Laurent Albarracin de sa belle notice à ce sujet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

pan ! pan !