6 mars 2011

Réponse de Dante da Maiano à un poème extatique de Dante Alighieri


Cours d'anatomie, Notman & Son



Quant à la chose dont tu es requérant,
je m'y attelle et te réponds brèvement,
ô mon ami qui n'y connaît que prou,
pour te voir humer l'odeur du vrai.

Ainsi à ton usage serai-je conseilleur :
que si tu te trouves sain et ferme d'esprit,
lave-toi très longuement la couille,
pour que s'endorme et passe la vapeur

qui te fait tant défabuler en rimaillant ;
et si tu es grevé d'humeurs infectieuses,
sache que tu tousses au moins de fièvre aphteuse, pour sûr.

Ainsi te rends-je par écrit mon ressenti ;
et ne tournerai plus de cet avis
tant qu'un toubib n'aura analysé ta pisse.


(1293)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

pan ! pan !