15 décembre 2008

Sur l'amitié et sur ses privilèges



DSCF1507



"la soeur du garçon mourut et on la laissa quelques jours se faner sur son lit, bleuir, s'obscurcir, puer, se gonfler, se durcir. les dix fossoyeurs se seraient couchés sur son beau cadavre, l'auraient souillé et pénétré avant de l'ensevelir si on ne l'avait pas laissé flétrir."

e u g è n e s a v i t z k a y a



l'amitié ouvre droit à certains privilèges. j'ai celui d'avoir entre les mains, en avant-première mondiale, le dernier opus d'alban lefranc, mon indéfectible ami, dont la belle prose est à paraître en janvier 2009 aux éditions verticales.

il est question, dans ce livre, de l'année zéro, en allemagne, et d'une petite fille, tresses lustrées dans le cou, qui court sous les bombes (comme on aime si souvent faire à cet âge), il est question de "miracle allemand", d'une jeune fille de quinze ans qui passe le plus clair du temps à attendre des messagers, à préserver sa foi dans l'absolu discernement des messagers, il est question d'une grande fille à hautes pommettes, germanique en diable, capable de plier son corps à toutes les volontés, de n'être que pur feu et pure lumière pour le plus grand bonheur de l'oeil, il est question aussi d'une pluie d'années sombres, de leur sourd bruit de fond, de la musique lascive et idolâtre qui sort de toutes les bouches à cachets de l'époque, il est question d'une mère qui pleure, d'une mère vieillie, folle, morte, enterrée, qui se traîne à genoux, d'une mère et de sa pauvre fille, fichée par un clou dans le bois de la beauté, il est question d'autres clous, de clous longs comme le bras forant des trous dans la chair de la fille demi-morte, il est question de tous ces trous, tous ces terriers, galeries, fossés creusés de longue main et qui mènent parfois à un père, un père touchant le ciel du doigt, un père tutoyant dieu, arpentant les sentiers des plus hautes montagnes, un père souffert par sa fille qui jure de manger de la terre, de mourir sur le champ s'il plaît au soleil.

il est vaguement question, dans ce livre, de la chanteuse nico, dansant des danses du clou, et un peu aussi du comique lenny bruce, qui déclenchait des rires atroces.

il est vivement conseillé de commencer l'année dans de telles dispositions.


1 commentaire:

pan ! pan !