5 janvier 2009

La passion du chien




1.


La passion du chien est :

- indispensable
- primordiale

au métier que j’exerce
dans la Police Nationale

/

J'ai souvent l’impression d'ailleurs
de deux métiers :

- policier et
- maître-chien

(et non l’inverse)

/

Le premier c’est :

- patrouiller
- interpeller
- rédiger des procès-verbaux

/

Le second c’est :

- prendre soin du chien (nourrir, caresser)
- s’occuper du chenil

(du chenil quand
je suis de permanence)

/

Au chenil
le métier c'est :

- nettoyer les box des chiens
- caresser les chiens
- ôter les tiques des chiens

(nettoyer les box
de bon matin
c'est pas facile
je vous l'accorde
mais il faut le faire)

/

(Caresser tous les chiens
les chiens des autres
vous lève le coeur aussi
comme toucher les cheveux d'un être
qu'on connaît pas
mais bon)

/

Au chenil
il y a l’hygiène
l'hygiène est un gage de :

- non-prolifération des maladies
- bonne santé de l’animal

Un seul chien malade au chenil
et c’est tout le monde

/

L’affectation en brigade canine nécessite donc :

- disponibilité et
- dévouement pour le chien

(et le service)




2.


Le travail s’arrête pas
en remettant le chien au box

/

Souvent j’en parle aux collègues
des autres unités
qui rentrent chez eux
en oubliant

- quelques heures
- ou plusieurs jours

le travail

/

Moi je peux pas

/

Même en repos
je pense à lui

/

Mon chien

/

L’alternance avec le deuxième maître
avec qui nous nous chevauchons
permet qu'il reste pas trop longtemps
seul au box

/

Je prends parfois sur mon temps libre
pour venir le voir
et le sortir

/

Parfois même
l’emmener au vétérinaire
en cas de :

- blessure
- maladie
- rappel de vaccination

/

C’est pas obligatoire
réglementairement parlant
mais dans ces moments-là
tu comptes pas tes heures




3.


Mon seul regret est :

Qu’on n’utilise pas plus
les capacités physiques
exceptionnelles du chien

Toutes les situations ne le permettent pas
conformément au Code de Procédure Pénale
ou à la déontologie policière

/

Le voir travailler à l’entraînement et
constater avec quelle facilité il peut :

- neutraliser le collègue en camisole d’Homme d’Attaque
- le renverser d’un puissant coup de gueule

procure une satisfaction
que j’aimerais retrouver plus souvent
sur la voie publique

/

Mais le plus gratifiant pour un maître
c’est le retour du chien au pied
après l'exercice
avec dans le regard une expression
une interrogation
presque humaine :

J’ai bien travaillé
papa
hein
tu es content ?
tu es content de
ton fils ?
donne-moi une caresse
s’il te plaît

avec dans le regard
ce Respect
et
l'Amour
qu'il a pour toi

/

Normalement
les chiens sont programmés
pour les entraînements collectifs
en fonction des impératifs opérationnels
ou de la disponibilité de l’Homme d’Attaque

Néanmoins durant les nuits calmes
il nous arrive très souvent
de les faire travailler entre nous




4.


Maître-chien dans la Police
c’était un rêve pour moi

/

Les gens ont peur des chiens
c’est ancré dans la mémoire collective

/

A la retraite du chien naturellement
le maître est prioritaire
pour le récupérer

/

Donc même si l'appartement est petit et que
le règlement de l'immeuble interdit les chiens
à moi ils pourront pas me refuser
bientôt il viendra habiter avec moi



[plus de poèmes ici : www.blog-police-recrutement.com]


2 commentaires:

  1. J'ai toujours pensé que nous étions des chiens dont la laisse était le langage. Je n'avais pas pensé au caractère policier des polices de caractères. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. merci de l'excellence de votre commentaire excellent.

    RépondreSupprimer

pan ! pan !