25 septembre 2009

Ce qui se dit sous terre [4]



jehad-nga-02


4. les Hamaad Zuur


non tu

les choses ne sont pas comme ça

l'ordre des choses

au sein de notre société

comme le positionnement des étoiles

la tradition justifie l'existence des clans

une faute

par exemple le statut particulier des waabal

amplement décrit dans la littérature

la tradition

une faute sur terre

lorsqu’un campement s’établit

en aval du campement

par rapport à la rivière

ou au-delà par rapport

aux vents dominants

les groupes de familles marginales se mettent à l’écart

(et en effet en cas d'attaque des esprits

si le vent mêlait nos odeurs)

les waabal

ils ne mangent pas avec nous

leur littérature extrêmement méprisée

une littérature versifiée

ce qu'ils consomment

au nord

une littérature dite mamuni (que l’on peut rendre par "petite poésie")

tout contact avec eux se limite

on les consulte la nuit si les vents dominants

si les trois lunes du ciel s'annulent par leur rencontre

on les consulte la nuit au coin du feu en tirant son voile près des yeux

ils ne sont pas obligés de t'adresser la parole

tu marches sur la pointe

tu mouilles tes os dans la rivière

quand elles veulent bien leurs femmes nous disent de fausses vérités

qu'elles lisent dans nos urines emmenées par le courant

ils ne mangent pas

ne crient pas

ne chient pas

parfois ils nous récitent

nous nous bouchons les oreilles

nous savons bien que nous ne pouvons croire

nous savons bien que nous ne pouvons plus mourir


+


les waadod eux sont détenteurs des points d’eau

chargés d’intervenir comme médiateurs

d’une part entre Allah qui règne ici et les guerriers

d’autre part entre les ombres des guerriers et les guerriers eux-mêmes

au cours de la guerre civile là-haut

les Hamaad Zuur se sont armés, ils ont financé leurs propres milices

ces milices se sont appelées Uuktaba Xoor ("Ceux qui jettent le Livre Saint")

ou Uukhuro Moog ("Ceux qui ignorent le Paradis")

et Dieu leur a donné raison

dans le nord ces guerriers

les Hamaad Zuur

un groupe particulier

ils pleurent de vivre séparés de leurs ombres

des ombres qui se glissent, qui les agressent en plein jour

en plein soleil

des ombres entrées en guerre, formées en bataillons

recrutées sous le sceau du Livre

elles se sont bien intégrées à ceux qui les ignorent

elles se sont bien intégrées aux esprits

qui les utilisent aux dates marquées dans le ciel

pour sentir et déceler un point d'eau waadod d'où puisse se faire une médiation

pour que l'ombre d'un Hamaad Zuur se raccroche à son enveloppe

que la lumière gonfle à nouveau le cou de l'ancien porteur

pour que l'ombre d'un couteau dans l'ombre d'une main

sacrifie sur ce cou au rite du mouton


(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

pan ! pan !