1 octobre 2012

Testament (Vickie Gendreau)


Sans titre


Adieu, Amours ! tres douche vie,
Li plus joieuse et li plus lie
Qui puist estre fors paradis !


Adam de la Halle, Li Congiés Adan



Vickie Gendreau a 23 ans, elle est est atteinte d'une tumeur au cerveau, d'après ce que j'ai compris la maladie est inguérissable. Inutile de s'étendre, chacun entend que dans sa position, Testament, le titre de son livre, en est une synthèse trop exacte.

Qu'une toute jeune fille qui ne sait pas si elle pourra s'en sortir écrive son testament est bouleversant. Ca ne fait pas forcément un bon livre. Mais il se fait que dans le cas de Vickie Gendreau, l'épreuve qui est la sienne est peinte avec une écriture d'une force, d'une inventivité, d'une drôlerie même, que j'ai rarement fréquentées chez des auteurs confirmés. Sous des dehors 2.0, féminins, un peu punks, la grande tradition des congés d'Arras, du lais villonien, est tristement mais brillamment continuée.

Testament est un livre magnifique. On aimerait que l'auteur n'eût jamais eu à l'écrire. Les éditions du Quartanier font décidément voler de drôles d'oiseaux.


Extrait :

J’ai le jus de pomme triste, le Virgin triste, le Tia triste, je n’ai plus de crème fouettée, j’ai le jus de tomate triste, le thé vert triste, le club sandwich triste, les croquettes du McDo passées au blender tristes, la mâchoire aussi, je n’ai plus de morphine, j’ai la tisane à la poire triste, le brunch sad, le milkshake totalement déprimé, l’eau de la piscine triste, le chlore triste, le lait triste, le mélange triste, le verre d’eau triste, le moût de pomme triste, la flûte à champagne à l’envers. Les larmes sucrées. Le beigne liquidé. Le poil incarné vidé. Du pus plein les bobettes. Les bobettes sur le comptoir. On est le 6 juin 2012 et je suis triste. Et toujours nue pour personne. Dans un grand lit vide. Avec cet infini verre à vider. Les autres adjectifs me boudent. Attitude triste, moulin triste, je ne dors pas, je ne dormirai plus jamais.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

pan ! pan !