5 juin 2008

Décompter


v. (xiième ; de dé-, et compter ; lat. computare ; voir à conter (une fable ou un récit fantastique)).


1. (v. tr.) math. et pol. déduire, retrancher un montant d'un autre plus cruel, rabattre une somme de l'opinion. "li destriers en chient durement ! li destriers afondent ! li plus droits i deviennent courbes ; et chevaliers versent en la bourbe. a la fin, plus de sept mille morz en gisent, sans les pietons que je desconte." (guillaume guiart, branche des royaux lignages, chronique métrique, 1304). / "le taux de chômage en france est en baisse constante, il y a aujourd'hui 77 000 chômeurs en moins qu'au cours du dernier trimestre 2007, a annoncé christine lagarde. la ministre de l'économie a décompté ce nombre au micro de france info, une heure avant la publication des dernières statistiques officielles de l'insee." (le point, 5 juin 2008).

2. (v. intr.) horlog. sonner en désaccord avec l'heure qu'indiquent les aiguilles. pendule qui décompte. / "sommée de s'expliquer sur les données divergentes de l'ocde, qui a publié, parallèlement à l'annonce gouvernementale, des perspectives de croissance en baisse pour 2008 et 2009 et décrit une remontée inquiétante du chômage en france, la ministre de l'économie christine lagarde a déclaré sans désemparer que les instruments de mesure de l'organisation internationale d'études économiques visiblement décomptent." (le nouvel observateur, 5 juin 2008). / je compte les chiffres. / décomptent les chiffres. / les chiffres comptent. / les pauvres chiffres. / les pauvres chiffrent. / les pauvres chiffes. / les chiffres lassent. / chiffres m'enlacent. / malaxe les chiffres. / mélasse les chiffres. / hélas les chiffres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

pan ! pan !